GRECE TURQUIE  IRAN 2023      

 

 

Départ de Camargue vendredi 20 octobre 2023 à 9h.

 

Départ un peu tardif, mais les évènements entre l'Israël et la Palestine nous ont obligé à changer nos plans et attendre l'arrivée d' un nouveau CPD valable pour l' Iran.

Initialement, nous avions prévu de rallier l'Arabie Saoudite via la Grèce, l'Israël (bateau/avion) et la Jordanie, mais la guerre nous a rattrapé ! Notre nouvel itinéraire passera donc par la Grèce, la Turquie, l'Iran et le Koweit afin d'atteindre l'Arabie Saoudite. Retour prévu via la Jordanie, l'Irak et la Turquie.

Bien entendu, nous suivront les actualités au plus près afin de décider de l'avancement de notre voyage.

 

 

Le mauvais temps, les nombreux travaux et les files de camions interminables qui viennent de toute l'Europe génèrent des heures de bouchons sur les autoroutes italiennes -

Arrivée samedi 13h sur le port d'Ancône, achat des billets chez Minoan lines, embarquement à 20h sur le Florencia pour Igouménitsa.  Sprinter + 2 passagers pont = 336 €.

 

 

 

voir la page pratique Grèce Turquie

 

GRECE

 

Dimanche 22 octobre 2023   Beau temps, 25° mer 24°

 

Nous débarquons dimanche soir à Igouménitsa. Nos amis Nat et José, en vacances en Grèce depuis quelques semaines, nous envoient un point GPS de ralliement situé à une trentaine de kilomètres vers le sud. Super, ça nous évite de chercher un bivouac à la C... en pleine nuit ! Lorsque nous arrivons, l'ouzo est déjà servi et les pâtes sont en train de cuire. Superbe bivouac sur la plage.

 

 

 

Nous rejoignons Ioannina, toujours en compagnie de de Nat & José. Bivouac au bord du lac Pamvotis et visite de la citadelle.

 

 

Jeudi 26 octobre 2023 orage durant la nuit, puis ciel bleu, 24°

 

Nous avons repris la route en direction de la Turquie. Nous recevons aussi des informations pour la suite de notre voyage.

- "V. S.", un couple coincé en Israël avec leur véhicule n'ont pas pu "s'échapper" par la Jordanie ..Il prétendent qu'en Irak la situation est tendue et que la police à du mal à calmer la rue !

- "A. Sabine", une famille de voyageurs a obtenu un visa irakien à Ankara. Ils ont traversé l'Irak en 3 jours et viennent de rentrer en Jordanie sans problème. Sabine écrit quand même qu'ils auraient bien aimé visiter le pays, mais "que l'ambiance est tendue, le dispositif militaire lourd et les check points impressionnants". Par mesure de sécurité, ils ont préféré ne pas trainer !

 

il y a encore quelques jours, nous ne savions pas si nous pourrions poursuivre notre voyage en direction de l'Arabie, maintenant il va falloir faire un choix :

- Visa Irakien à Ankara (Turquie), route en Irak et sortie vers la Jordanie ou l'Arabie Saoudite directement.

- Visa Iranien à Erzurum (Turquie), route a l'ouest de l'Iran, traversée de l'Irak sur quelques dizaines de kilomètres, passage au Koweït et entrée en Arabie.

 

 

Arrêt aux iles de Ayios of Nikolaos avec ses églises et sa Popemobile !

 

 

Fanari, dernier bivouac avant la Turquie. Pas compliqué, on prend les mêmes qu'en 2016 (départ pour l'Asie) et on recommence !

 

 

 

voir la page pratique Grèce Turquie

 

TURQUIE

 

 

 

Capitale : Ankara     Superficie : 780 000 km²  (1,5 fois la France)  Population : 85 millions

 

Langue : Turc      Religion : Musulmane     Monnaie : Livre Turque TL

 

 

 

Dimanche 29 octobre 2023  ciel bleu 25°

 

Environ 30 mn pour passer la frontière, on ne descend pas de voiture sauf à la police pour que la caméra nous tire le portrait. Aucune fouille.

 

 

Nous passons le joli pont de Canakkale et roulons jusqu'à la plage. Nous prenons notre temps, mais comme dit Claude, "on ne va pas pouvoir rester, nous n'avons pas encore de carte SIM !" (C'est dimanche et jour de fête en plus !).

 

Pause à Ayvalik, ville située sur une presqu'ile baignée des 2 côtés par la mer Egée. Cité balnéaire tranquille en cette saison avec son port et ses vieilles maisons grecques en front de mer.

 

 

Mercredi 1 novembre 2023   quelques nuages et du ciel bleu  22°

 

Même en ce mois de novembre, Pamukkale "château de coton" en Turc, est envahi d'asiatiques, de russes et d'instagrameuses qui viennent se faire tirer les fesses en photo !

 

 

Pour nous qui avons découvert le site il y a plus de trente d'ans, le spectacle est bien décevant, seul quelques basins sont remplis d'eau et les cascades qui s'écoulaient depuis les vasques sont à sec.  

 

 

 

 

Quelques courses au marché en passant près  d'Egirdir, la capitale de la pomme.

 

 

Nous reprenons rapidement la route  parmi les champs de blé. Nos amis Pierre et Thérèse nous attendent demain en Cappadoce pour nous faire un petit "coucou" avant de reprendre la route pour Oman via l'Irak, la Jordanie et l'Arabie.

 

 

Vendredi 3 novembre 2023 ciel bleu 25°, 8° la nuit

 

Cappadoce

 

Nous montons bivouaquer sur un terre plein qui surplombe Gorème et ses habitats  troglodytes. Emilie et François, (famille suisse avec 2 enfants) des contacts à Claude nous y attendent. Un lieu idéal pour admirer les montgolfières - aujourd'hui, j'en compte plus de 100 !

 

 

 

 

Après une belle rando parmi les pitons de tuf , nous faisons une étape au "Peugeot Coffe Shop" local.  Sur le chemin du retour, dans un endroit "paumé", nous  découvrons un B 110 (Renault 4x4) qui ressemble étrangement  à celui de notre ami Philippe avec qui nous avions découvert "Gokharkuda', le plus grand site de ponte des tortues Ridley (Inde en février 2018). Et c'est bien lui ! Quelle surprise et quelle joie de le retrouver après 6 ans d'errance - lui termine ses 7 ans de voyage et arrive d'Arabie via la Jordanie et l'Irak - nous, nous commençons le notre dans le sens inverse. 

 

 

 

Gorème, le site le plus connu de Cappadoce. Les vallées de la région servirent de refuge lors des premières persécutions romaines puis lors des raids arabes.

 

 

 

Urgup au centre de la Cappadoce fut une importante agglomération chrétienne à l'époque byzantine.

 

 

Eglises et demoiselles coiffées.

 

 

 

Uchisar se distingue de loin avec son piton de tuf. Dans cette citadelle naturelle dont les parois ont été percées de centaines de cavités, ce n'est qu'une succession de chapelles , de monastères, de cellules et d'habitations.

 

 

 

Sur le sol des habitations sont creusées des cavités nécessaires pour entreposer les jarres - dans la partie supérieure, d'autres cavités recevaient les bougies d'éclairage. A l'extérieur, de nombreux pigeonniers accueillaient des milliers de pigeons dont la fiente servait d'engrais.

 

 

Et toujours les pinups qui viennent se faire tirer ....le portrait !

 

 

 

Goreme et Uchisar au loin.

 

 

Goreme : bivouac près des aires de décollage - 6h30 du matin, il fait encore nuit noire - des Land Rover tournent dans tous les sens - un brouhaha incessant monte de la vallée - ce sont en fait les moteurs thermiques qui chauffent les enveloppes -  les premiers ballons prennent forme.

 

 

Puis les  bruleurs prennent le relai, les enveloppes se gonflent et brillent de milles feux.

 

 

Une centaine de montgolfières s'envolent dans le ciel comme si des enfants avaient soudainement lâché tous leurs lampions . Un spectacle féérique.

 

 

 

Les ballons pilotés d'une main de maitre frôlent le toit du Sprinter, se faufilent parmi les pitons acérés avant de prendre de l'altitude. Peureux,  s'abstenir !

 

 

 

 

 

Au sol le spectacle est tout aussi hallucinant - les cabriolets Chevrolet grimpent à l'assaut du plateau et déversent leurs cargaisons de chinois (ses) qui grimpent sur les capots pour se faire tirer le portrait avec les montgolfières en toile de fond.

 

 

A l'atterrissage, la dextérité des pilotes (et des aides au sol) leur permet de poser les nacelles d'osier et leurs occupants directement sur les remorques des 4x4. Heureusement, car ces "paniers" qui peuvent transporter jusqu'à 27 passagers pèsent (avec la gaz) plusieurs centaines de kilos. Quelques fois, il faut transporter nacelle, passagers et ballon pour pouvoir le dégonfler en toute sécurité !

 

 

 

 

Mardi 7 novembre 2023 ciel bleu   Alt 1500 m    15° / - 2°

 

Des nouvelles de Pierre & Thérèse : ils ont bien roulé en Irak, mais l'entrée en Jordanie leur a été refusée, alors que 8 jours avant les Dubois sont passés. Demi tour et direction l'Arabie Saoudite....1000 bornes pour rien !

 

En route pour Erzurum où nous devons faire nos visas iraniens - 700 km de routes à 4 voies sur les hauts plateaux anatoliens (entre 1200 et 2200 m).

 

 

Bivouac rafraichissant au bord d'un lac : - 2°.

 

 

Erzurum, 1800 m d'altitude, est une station de ski réputée. 4° la nuit, on trouve qu'il fait frisquet, mais des copains qui sont passés plus tard dans la saison ont eut -19°, alors tout compte fait ......

 

 

Consulat d'Iran, en moins dune heure, nos visas iraniens sont en poche. Promenade dans la ville, mais en fin de  journée, Claude est dans les choux !

 

 

 

Visite de la citadelle et de la tour de l'horloge.

 

 

 

Des cols à 2500 m d'altitude en direction du lac Van, mais toujours des nationales à 4 voies qui ressemblent à des autoroutes. Beaucoup de flics sur les routes, certains sont en carton, mais d'autres sont bien réels avec de vrais radars !

 

 

Quelques villages de montagne blottis dans des vallons où les habitants vivent de l'élevage et de l'apiculture.

 

 

Etape aux thermes de Bingol, trempette dans une eau à 40° et nuit calme sur le parking.

 

 

Nous poursuivons notre route en direction du lac Van. Quelques check points avec des militaires lourdement armés rappellent qu'il y a une dizaine d'années, le PKK (organisation politique kurde terroriste) a combattu dans cette région.

 

 

Le lac Van situé à 1700 m d'altitude, est avec ses 3750 km², 6 fois plus grand que le lac Léman et 130 fois plus grand que notre beau lac d' Annecy ! Un bivouac comme on les aime - calme, vue superbe et loin des "chanteurs" matinaux !!!

 

 

 

Mon capitaine nous conduit sur l'ile d'Akdamar, située à quelques minutes de la côte..

 

 

C'est sur cette petite ile inhabitée qu'entre 915 - 921 le roi Gagik 1er  fit construire la cathédrale arménienne Sainte-Croix (et son monastère) pour abriter une partie de la Vraie Croix qui aurait été transportée de Jérusalem à Van durant le VIIe siècle.

 

 

On ne peut qu'admirer l'état exceptionnel des bas reliefs,  malgré les 10 siècles écoulés et les nombreux tremblements de terre qui secouent régulièrement cette région.

 

 

On y voit même Adam & Eve et le roi Gagik qui tient une maquette son 'église dans sa main.

 

 

De nombreuses cigognes font étapes par ici et l'on voit partout des pies qui chantent !

 

 

Dimanche 12 novembre 2023  ciel bleu 8° / 12°

 

La ville de Van, située sur les rives du lac du même nom est majoritairement peuplée de Kurdes. Bien avant qu'on leur pose la question, ils n'oublient pas de nous préciser qu'ils ne sont pas Turques.

 

 

Van Kalesi (la citadelle de Van) trône sur un énorme rocher fut construite sous l'antique royaume d'Ourartou au cours du IXe et du VIIe siècle av. J.-C. Ces citadelles  elle étaient utilisées comme un moyen d'occupation de la région, plutôt que comme un moyen de défense contre les armées étrangères 

 

 

Quel bel endroit pour faire la prière !!!

 

 

Nous sommes toujours aussi bien accueillis en Turquie. Il n'est pas rare qu'on nous offre le thé.

 

 

Malheureusement, les pique niqueurs turques laissent des traces et pourtant il y a des poubelles partout !!!

 

 

 

 

Mardi 14 novembre, nous quittons la Turquie par Kapikoy. Nous y arrivons vers 9h30 - Si les piétons passent rapidement, le couloir des autos reste fermé presque une heure (manque de douaniers, horaire libre, ah, ah, ah !!!!)  - bref nous mettrons plus d'une heure à sortir du pays - aucun contrôle ni fouille.

 

 

voir la page pratique Iran

 

IRAN

 

                                      :    

Capitale :Téhéran

 

 Superficie : 1 650 000 km²

 

Population :  88 millions d'hab.

 

Langue : Farsi

 

Religion : Musulmane

 

Monnaie : officiel : Rial iranien

utilisé : Toman (- 1 zéro)

 

 

 

 

Mardi 14 novembre 2023  Averses et éclaircies 18° /

Arrivés à la douane de Kapikoy vers 11h. Les douaniers sont plutôt sympas, la visite du Sprinter succincte, mais le parcours  "paperasse" est un peu compliqué - un tampon par ci, une signature par là....récupérer un reçu là bas - bref le "facilitateur" nous est bien utile. Nous mettrons environ 1h30 pour  arriver à bout des formalités. (Voir page pratique).

Entre les 2 postes de douane, gros "trafic" de bagages et de carburant - d'ailleurs les trottoirs sont gras et glissants. Des centaines voitures stockées dans tous les sens nous obligent à faire du gymkhana pour prendre la route. 

Un douanier nous informe que quelques kilomètres plus loin il y a une station service où nous pourrons prendre du Gasoil car le pompiste a une carte de carburant. Pour les touristes, pas toujours évident d'acheter du gasoil près des frontières (distribution limitée pour éviter le trafic). Le débit est un peu violent et je commence par m'en foutre plein le pull et les pieds -  à 1,2 cts € / L ce n'est pas très grave - sauf pour le pull bien sur !!!

Nous roulons jusqu'à Koy (80 kms) et stationnons près d'un parc de loisirs avec emplacements camping et pique nique. Demain nous devons prendre une assurance auto.

Jeudi 16 novembre 2023 ciel bleu  8° /18°

Khoy. Dur journée hier ! Lorsqu'on se pointe à l'assurance, évidement ils n'y comprennent rien, mais bien vite ils appellent Erfan un garçon qui aide souvent les voyageurs - à priori, tout le monde le connait par ici (on avait d'ailleurs ses coordonnées). A l'entrée du building, le message sur le tapis est clair !

Il nous emmène ensuite faire du change, à un bien meilleurs taux que celui que nous avons eu au bord de la route. Pour l'argent, c'est pas simple : 1 000 000 rials (2 €) sur le recto = 100 000 tomans = 100 nouveaux rials sur le verso !!!! Et oui, ils sont en train d'enlever 4 zéros sur les billets, mais de toutes façons, eux parlent en toman - si vous y retrouvez avec tout ça ! Tout compte fait pour nous ça ne change pas grand chose car les prix ne sont pas affichés ou affichés en arabe et on y comprend rien...le plus simple est de leur tendre votre grosse liasse de billets pour qu'ils se servent. Pas de problème, ils sont généralement très honnêtes...sauf celui des "sim" à la frontière !

D'ailleurs lorsque les clients paient avec leur CB (nationale) ils annoncent leur code pin au commerçant au su et vu de tout le monde !

Reste le problème de la carte SIM que nous avons achetée à la frontière (chère et qu'ils n'ont pas validée) - grosse arnaque ! (voir page pratique Turquie Iran).

Nous rachetons donc une nouvelle carte SIM (2,60 €) et Erfan tente de nous installer un VPN (indispensable se connecter à Facebook, whattsapp...), mais ça coince. Nous rejoignons un cycliste allemand qui a aussi besoin des services de Erfan - il connait bien les VPN et parle toutes les langues, mais malgré son aide, on fait choux blanc. On repart, toujours à pied, rencontrer un spécialiste qui enfin nous règle le problème.

Ouf, on y a passé la journée, nous avons traversé la ville plusieurs fois sans avoir le temps de manger, on est crevé, mais tout fonctionne !

Un grand merci à Erfan qui lui aussi y a passé la journée, juste pour rendre service. C'est sur que sans son aide, nous n'aurions rien pu faire !  

Ce matin, visite de la vieille ville de Khoy - entrée par la seule porte restante et découverte du plus vieux atelier du bazar, celui du forgeron.

Alors que nous déambulons dans le grand bazar (le 2ième plus grand d'Iran), une femme nous interpelle : "mother of Erfan" - elle nous demande de la suivre et nous emmène chez elle où nous y retrouvons son fils ! Comment nous a t elle reconnu ??

Si vous avez oublié de faire les courses en ville, pas de problème, vous pouvez acheter à peu près tout au bord des routes au cul des camionnettes, chaussures, vêtements, jouets, fruits et légumes etc.

Brulage des déchets à l'étape, faute de poubelles.

 

Vendredi 17 novembre      temps couvert, quelques averses

La nuit dernière nous avons dormi sur un terre plein qui domine le lac salé d' Orumiyeh . Avec le temps couvert, nous n'avons pas vu grand chose, mais des automobilistes de passage nous ont vu (on étaient pas cachés) et ont du appeler la police (ou les militaires) !

23 h, toc toc, j'ouvre la porte - 4 mecs sont là dont un en uniforme lourdement armé - ils sont surpris de me trouver en slip - ben évidement, à cette heure tardive, nous dormions. Celui qui parle anglais me demande si je suis seul - "no with my wife" - ils repartent rassurés, nous aussi !

Les Iraniens sont plutôt sympas et accueillants, mais dès que nous sommes à la campagne stationnés dans des lieux improbables, les gens sont inquiets et appellent la police ! Ils ont peur de quoi ! - ils sont vraiment pénibles. On avait le même problème au Pakistan.

C'est pour ça que lorsqu'ils existent, nous utilisons des points Ioverlander où d'autres voyageurs ont déjà bivouaqué, comme ce parc public à Orumiyeh. Bon, tout à l'heure nous n'étions pas fier - juste au moment d'entrer dans la ville nous n'avions plus de satellites ! Nous avons roulé un moment au pif et heureusement, ils sont revenus - sinon, impossible de trouver le bivouac !

Hier après midi, nous avons reçu un message d'Irancell qui nous informait qu'ils ont bloqué notre carte Sim parce ils n'ont pas la copie de notre identité - ce qui est faut - ils ont du se mélanger les pinceaux ! Ca veut dire qu'ils contrôlent chaque vente de carte Sim (c'est à dire des milliers tous les jours !). En attendant on ne peut rien faire aujourd'hui, c'est vendredi, jour de congé.

Le beau temps étant revenu, nous retournons vers le lac - pour la location de pédalos, il va falloir attendre un peu, par contre pour le ferry, c'est définitivement foutu !

Samedi 18 novembre 2023 ciel bleu  1500 m  18° / 9°

Journée corvées : faire le plein d'eau (au parc), récupérer internet et faire la lessive. Ce matin, on a bien randonné - utile en ville - au moins 5 km pour trouver ce p. point de vente Irancell ! On y a passé la matinée, et encore grâce à  un gentil commerçant et Google translate qui nous ont accompagné ! Du coup, la lessive on verra plus tard.

Si on a préféré tout faire à pied, c'est qu'en ville il y a une circulation infernale. Ils roulent n'importe comment :  zigzaguent entre les files, déboitent sans regarder, (le clignotant doit être en option), font demi tour juste avant les ronds points et roulent toujours à fond ! Evidement ça cartonne pas mal ! Il ont beaucoup de Peugeot et Renault fabriquées sur place et plein de marques chinoises pour les SUV et les hauts de gamme. Les chinois disent "merci l'embargo" !

Bivouac à Fakhriga rock tomb, près de Mahabad, une nécropole qui daterait de 3000 ans.

Beau bivouac au bord du lac Vahdat, sauf si ces cons de clébards se foutent à gueler pendant la nuit ! Comme souvent, les iraniens qui adorent pique-niquer ont laissé des traces !!!

Lundi 20 novembre 2023   toujours en altitude - grosses averses  6°/ 9°

Dans cette région, les stations services se font rares - certaines sont fermées, d'autres ne sont pas encore en activité et celles des villes ne délivrent pas de Gasoil.  Pourtant on ne veut pas attendre que le réservoir soit vide pour réapprovisionner. En arrivant vers Kermanshah une station service qui fonctionne sans carte accepte de nous faire le plein, moyennant 13 cts le litre - il nous arnaque un peu, (certaines nous le vendent 10 fois moins cher), mais le prix est encore raisonnable et de toutes façons, on a pas trop le choix !

Il y a 7 ans, au même endroit, je notais : " bivouac agréable dans le parc pique-nique - jeux - camping de Taq-e Bostan à Kermanshah ". Rien de  nouveau aujourd'hui, sauf que le temps est pourri !

Taq-e Bostan « Arche du jardin » ou « Arche faite de pierre ») est un site avec une série de grands reliefs sculpté vers le 4ème siècle de notre ère.

Si les rois sassanides Ardashir II (379-383) et Shapur III (383-388). ont choisi ce lieu magnifique pour sculpter leurs investitures, c'est qu'il était un point de passage et de repos historique sur la Route des caravanes de la Soie .

,

La réseau routier n'est pas en super état - de nombreux chantiers sont abandonnés, les revêtements sont déformés et le marquage effacé. Sur les 4 voies où ça roule vite, des voies disparaissent soudainement et l'on s'en aperçoit lorsque "des Peugeot" nous foncent dessus !  

il n'y a que les "ralentisseurs" qui sont en forme et ils sont nombreux - heureusement, voir les cabrioles que font les voitures qui nous précèdent nous laisse le temps de ralentir.

 

Les villes et les villages sont construits n'importe comment - c'est le foutoir le plus complet ! Personne ne se soucie de l'architecture, de l'organisation, de tracer des rues ou des parkings et de nombreuses constructions sont à l'état d'abandon.

Le contraste est saisissant avec les nombreux parcs publics qui sont propres, organisés et construit avec soin.

A Khorramabad (1200 m), la grande citadelle appelée Falak-ol-Aflak (le paradis des paradis), est le principal vestige du Moyen Âge,

Mercredi 22 novembre 2023  ciel bleu  23° / 12°

Depuis que nous sommes entré en Iran nous sommes resté "perché" sur des hauts plateaux situés entre 1300 et 2200 m d'altitude. Mais après avoir traversé quelques beaux canyons, la forme des bouteilles nous confirment que nous sommes enfin descendu dans la plaine - le thermomètre aussi, d'ailleurs !  

 

Le parc de Dezful est un merveilleux endroit pour y bivouaquer en bordure de la rivière Dez : toilettes, eau potable, poubelles et même des piscines naturelles pour s'y baigner - enfin l'été ! Nous profitons de la proximité d'un supermarché bien achalandé pour compléter nos provisions.

Aujourd'hui jeudi, c'est le week-end pour les iraniens et la plupart des barbecues sont pris d'assaut.

Non, nous ne sommes pas au Far-West, mais en plein centre de Dezful !

Dezful est surtout connue pour son vieux pont qui date de l'époque de la bataille d'Édesse (260 ap. J.-C.). Les Sassanides ayant vaincu les Romains, les 70 000 prisonniers de guerre romains furent contraints d'en terminer la construction.

C’est sans doute l'un des plus anciens ponts encore en fonction dans le monde avec celui d'Alcantara en Espagne (104 ap. J.-C.).

A quelques centaines de mètres en amont du pont, il reste de nombreuses ruines d'anciens moulins à eau.

Les panneaux routiers sont écrit en farsi - c'est grosso modo avec l'alphabet arabe - ce qui ne change pas grand chose pour nous car on y comprend rien ! Sur les grandes nationales, ils sont traduits en anglais, ailleurs il faut faire confiance au GPS.

Vendredi 24 novembre 2023  ciel bleu  17° / 24°

Nous empruntons une très belle route qui serpente de collines faites de cailloux agglomérés.

Nous rencontrons de nombreux "camps" de bergers, l'élevage des ovins (moutons et chèvres à poils longs) étant la principale activité dans la région, quand aux ânes, ils servent toujours d'animaux de bât.

Le pont parait un peu pourri -  il l'est - mais aucun soucis, les gros camions l'emprunte toujours !

Nous arrivons dans une zone d'exploitation pétrolière et  ici, le gaz sort aussi bien des torchères que du sol.

Aujourd'hui, nous installons notre bivouac au pied d'une colline illuminée par les multiples émanations de gaz enflammées . La nuit, le spectacle est féérique !

Dans l'après midi, des familles nous invitent à boire le thé et  à aller prendre le repas chez elles. Taarof ou pas Taarof ?  (En Iran, un hôte est tenu de proposer à son invité ce qu'il pourrait désirer et l'invité est lui-même obligé de refuser, et ce plusieurs fois avant de trouver un terrain d'entente). Quoi qu'il en soit, nous refusons poliment en leur expliquant que nous voulons jouir du spectacle pendant la nuit.

Vers 21h, alors que nous sommes en plein repas, un couple nous explique même que le coin est dangereux, juste pour qu'on accepte leur invitation. Nous déclinons.  Comme disent nos amis : "tu quittes un endroit plat, agréable et tranquille et tu te retrouves en pleine ville dans un endroit pourri, bruyant et en pente !

Pas étonnant lorsque l'on sait qu'en Iran, les abris pour tentes sont quelques fois au bord des nationales et que les campeurs peuvent aussi planter la tente au milieu d'une 4 voies ! 

Nous récupérons quelques "fleurs" de mica pour notre petit Léon qui adore les cailloux que lui ramène son "pépé et sa mémé".

Pas facile de trouver une station service dans cette région désertique (et productrice), on dirait qu'il n'y a que les pylônes qui y poussent ! On commençait à désespérer ! Heureusement que notre réservoir auxiliaire est plein, au cas ou !

Enfin une station ouverte - c'est un routier qui nous fait le plein avec sa carte et lorsqu'on lui demande combien on lui doit, il nous dit de filer, que c'est gratuit ! Toujours aussi serviables c'est iraniens !

Dimanche 26 novembre 2023  ciel bleu  25°

Lorsque nous arrivons à la frontière (vers 0h), un couple d'allemands attend déjà depuis 1 heure, mais il ne se passe rien -  vers 9H30, le personnel arrive enfin - s'ensuit alors un véritable parcours du combattant - nous devons aller de bureaux en bureaux, tous très éloignés les uns des autres pour avoir les tampons et les laissés passer nécessaire à notre "libération". Même si le personnel essaie de nous guider au mieux,  il nous aura fallu plus de 3h30 pour arriver à nos fins. Il ne reste plus qu'à faire un peu de tout terrain pour passer le dernier check point !

 

Les moins : Grèce - Turquie : RAS

Iran : Conduite acrobatique ! - beaucoup de déchets un peu partout - peu de restaurants  et de stations service gasoil - pas de libres services pour laver le linge.

Les plus : Grèce Turquie : RAS

Iran : L'excellent accueil et la gentillesse des gens, la sécurité. Les prix doux : restaurants, courses, gasoil - beaucoup de parcs publiques pour les bivouacs.

Il est très facile de voyager dans tous ces pays en camping-car. 



Séjour en Grèce-Turquie (2023) : 25 jours. Iran : 12 jours. Cumul depuis le départ Asie : 819 jours

Dépenses totales : Grèce-Turquie : XXX €.  Iran : 150 € + visas

Parcours total  = France-Italie : 950 km. Grèce : 800 km. Turquie : 2600 km. Iran : 1650 km. Total : 6000 km. Cumul depuis départ Asie le 3 oct 2016 : 65 000 km  (94200 compteur)

 

                      Le  26 novembre 2023 le voyage se poursuit en Irak, Koweït et Arabie Saoudite